Découvrez Guest Suite Lexique du blog
  • star-white
  • Heart-white
  • Money-white
  • Compass-white
  • Radar-white
  • star-white
  • Heart-white
  • star-white
  • Radar-white
  • star-white
  • Money-white

CORONAVIRUS : L'observatoire de la reprise du Tourisme

Sarah Guillegault
Sarah Guillegault
13 mai 2020
Analysez votre e-réputation sur Google en 2 clics Je mesure mon e-réputation en ligne

Retrouvez chaque semaine sur le blog de Guest Suite les nouvelles données sur l'état du marché du Tourisme, ses tendances, les chiffres clés de la semaine ainsi que les signaux de la reprise du marché.

(Mis à jour le 14/05/2020)

 

Le confinement a pris fin lundi 11 mai, mais perdure toujours pour les professionnels du tourisme. ll est important de suivre l'évolution de son marché afin d'anticiper au mieux la reprise de l'activité. 

Guest Suite, au contact de nombreux professionnels du tourisme au quotidien, s'engage à vous fournir les informations et chiffres clés utiles, nécessaires et corrélés à votre activité pour vous permettre de préparer l'après crise.

L’actualité touristique en France  

L’été 2020 ne sera pas une saison touristique comme les autres. Particulièrement exposée, la France est terrassée par le coronavirus notamment son secteur clé : le tourisme. La date de réouverture des établissements et les mesures associées à adopter seront annoncées le 25 mai.

En dépit de certaines incertitudes qui subsistent, l'État fait de la filière une "priorité nationale". Le tourisme est un poids lourd de l'économie française et représente 7% du PIB soit près de 170 milliards d'euros dont la moitié réalisée lors de la saison printanière et estivale. Une filière qui se révèle donc indispensable pour éviter une crise sans retour.  Le Premier ministre Édouard Philippe a dévoilé ce jeudi 14 mai, un plan de relance représentant pour les finances publiques un engagement de 18 milliards d'euros

Au regard du contexte, il serait légitime d’envisager une chute des projets estivaux des Français. Toujours est-il que la majorité ne compte pas renoncer à leurs vacances : 22 millions de personnes en profitent uniquement l’été. Ce sont donc 90% des familles qui prévoient de maintenir leurs vacances et parmi elles, 78% n'ont toujours pas réservé d’après une enquête réalisée par Maeva.com.

Les Français pourront d'ailleurs partir en vacances en France en juillet et août, sous réserve toutefois, de l'évolution de l'épidémie. Le Premier ministre a par la même occasion encouragé les réservations : "Les Français peuvent prendre leurs réservations [...] les acteurs du tourisme, de l’hôtellerie, se sont engagés à faire en sorte qu’ils soient intégralement remboursés dans l’hypothèse où l’évolution de l’épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances".

Une optique réconfortante malgré qu'il semble difficile de compenser les dix-sept millions de touristes étrangers qui se rendent en France sur cette même période. 

Soutenir les professionnels : un plan de 18 milliards d'euros 

Pour venir en aide auprès des professionnels de la filière durement touchés par la crise, la France prépare un plan de soutien de 18 milliards d'euros. Un "effort d’investissement" de l’Etat qui sera porté par la Banque des Territoires et Bpi France, qui ont co-construit un plan de relance commun de plus de 3 milliards d'euros entre aujourd'hui et 2023.

Une aide bienvenue pour les millions de professionnels qui sont dans l’incertitude depuis mi-mars. 

Jusqu'ici, le secteur a bénéficié d'1,26 milliard d'euros de prêts garantis par l'Etat soit 11,45% des 11 milliards d'euros accordés au total. Bien que plusieurs mesures aient été prises rapidement pour aider la filière touristique à surmonter cette crise, les annulations en masse des voyages et le manque à gagner de la période printanière influent sur la stabilité financière de nombreux professionnels. L’État a donc dû prendre de nouvelles mesures ce jeudi 14 mai pour soutenir la filière : 

  • Le recours à l’activité partielle sera possible jusqu’à fin 2020 pour les entreprises du tourisme et de l’évènementiel.
  • L’accès au fonds de solidarité, pour les entreprises du secteur des cafés hôtels restaurants, du tourisme, de l’événementiel, du sport et de la culture, sera prolongé jusqu’à fin septembre.
  • Pour favoriser et inciter la demande le plafond journalier des tickets-restaurants passera de 19 à 38 euros, et leur utilisation sera autorisée les weekends et jours fériés, jusqu’à fin la fin de l'année.
  • Les cotisations sociales patronales dues entre mars et juin seront exonérées pour les entreprises du secteur et son exonération sera prolongée tant que la fermeture durera pour les établissements concernés.
  • Cependant, le gouvernement n’a pas fait de geste sur la TVA. Un rassemblement de restaurateurs soutenu par par Olivier Bertrand, le patron du groupe Bertrand, souhaitait une TVA à 5,5%.

Vers un tourisme plus durable et digital ?

Mettre en valeur le tourisme, c’est le nouveau maître-mot. La crise aura été l’élément déclencheur d’une adaptation nécessaire aux habitudes de consommation des français. Être plus visible, et ce, sur n’importe quel support.

Olivier Sichel, directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts et directeur de la Banque des Territoires a déclaré : "Il faut qu'on ait un nouveau tourisme en sortie de crise, un tourisme qui soit plus durable, plus participatif et plus digital [...] on va être très exigeant sur la qualité environnementale des projets [...] et le digital, c'est aussi une condition pour rendre accessible l'offre à tous les Français, à mieux la mettre en valeur".

Le groupe a par ailleurs, décidé d’investir 10 millions d’euros pour développer un second parc Futuroscope.

3 chiffres clés : 

  • 40 milliards d’euros à manquer sur un trimestre pour le secteur du tourisme.

  • Des vacances d’été franco-françaises se profilent pour 94 % des sondés de notre étude. Et leur choix est notamment conditionné par l’habitude et le soutien au tourisme français

  • Le premier voyagiste mondial TUI a annoncé mercredi 13 mai son intention de supprimer 8 000 postes dans le monde, soit plus de 10% de ses effectifs.

L’actualité à l’étranger

Les destinations étrangères ne sont pas épargnées. Le secteur génère à lui même plus de  7 860 milliards d’euros de chiffre d’affaires selon le cabinet World Travel & Tourism Council.

En Europe, le tourisme est un enjeu majeur : la filière représente 10% du PIB de l’U.E et 27 millions d’emplois. Les pays du vieux continent, durement touchés négocient alors, un fond de relance colossale pour soutenir les professionnels. 

Quant à l'Espagne, la deuxième destination touristique mondiale, le nombre de visiteurs étrangers a chuté de 64,3 % en mars par rapport à mars 2019. Toujours est-il, que le pays souhaite renforcer ses mesures en imposant une quarantaine de 14 jours aux voyageurs au risque d’engendrer des pertes colossales pour le tourisme, un secteur qui représente 12% du PIB. Les pertes sont estimées à près de 92 milliards d'euros de recettes. En 2018, le pays avait accueilli 83 millions de visiteurs. 

En Italie, la filière touristique représente 13% du PIB national. Le récent déconfinement ne rattrapera pas les dégâts causés par le coronavirus. Un véritable tsunami pour l'économie italienne quand on sait que cela concerne près de 3 millions de professionnels. Le pays s'attend également à un tourisme national cet été : «Nous investissons fortement dans le tourisme intérieur, car ce sera un été de vacances en Italie», a déclaré le Ministre Italien de la Culture Dario Franceschini le 29 avril dans une interview au quotidien romain Il Messaggero.

C'est donc le monde entier qui se retrouve impacté. Notons également que le manque de visiteurs chinois ; qui génèrent en temps normal, pas moins de 250 milliards d’euros dépensés par an selon l’organisation mondiale du tourisme UNWTO ; influe sur la santé du secteur. 

Début mars, l’OMT estimait que le continent Asie-Pacifique serait celui le plus touché par la baisse de la fréquentation. Les récentes actualités et la propagation massive du virus, notamment aux Etats-Unis, devenus depuis le premier foyer mondial, risquent d’influer sur la majorité des continents. Comme en France, les déplacements touristiques nationaux seront privilégiés pour l'été.

3 chiffres clés : 

  • L'OMT prévoit une chute de 20 à 30 % du tourisme international en 2020.

  • Estimation chiffrée de 272 à 408 milliards d’euros de baisse des rentrées touristiques.

  • Un rapport de l’Organisation mondiale du tourisme souligne que 96 % des destinations dans le monde imposent depuis janvier des restrictions sur les voyages pour contrer la pandémie de coronavirus. 

Les 4 actualités à retenir : 

  • Le gouvernement envisage une réouverture possible des restaurants le 2 juin prochain. Le 25 mai, la date définitive sera annoncée.  
  • Un plan de relance pour la filière touristique de 18 milliards d'euros est engagé et réparti jusqu'en 2023. 
  • Le recours au chômage partiel sera possible jusqu'à la fin de l'année 2020.
  • L'accès au fonds de solidarité est élargi pour les professionnels qui ont jusqu'à 20 salariés et jusqu'à 2 millions d'euros de chiffre d'affaires. Il est prolongé jusqu'à fin septembre.

 

Sources : 

L'écho Touristique 

Tendance Hotellerie 

France Info

CNews 

SudOuest 

 

commentsCommentaires