Découvrez Guest Suite Lexique du blog
  • star-white
  • Heart-white
  • Money-white
  • Compass-white
  • Radar-white
  • star-white
  • Heart-white
  • star-white
  • Radar-white
  • star-white
  • Money-white

La crise du Coronavirus dans le secteur de l’immobilier 

Sarah Guillegault
Sarah Guillegault
31 mars 2020
star_guest_suite star_guest_suite star_guest_suite star_guest_suite star_guest_suite
Mesurez l'e-réputation sur Google de votre agence immobilière
Je fais le test

Samedi 14 mars 2020, le Premier Ministre, Edouard Philippe, annonce la fermeture au public de tous les commerces « non indispensables », et ce jusqu’à nouvel ordre. Une décision prise sous l’impact grandissant du coronavirus : le Covid-19. Les agences immobilières, les promoteurs ou encore les notaires n’accueillent donc plus de clients dans leurs locaux. La pandémie se généralise au niveau mondial, le bilan s’alourdit, l’économie se stoppe. Quel impact la crise peut-elle avoir pour les professionnels de l’immobilier et comment appréhender le retour à la normal ? 

COVID-19 : quel état des lieux ? 

Les chaînes d’information sont nombreuses sur le sujet qui fait état de plusieurs milliers de victimes et des centaines de décès. Tandis qu’au niveau mondial, le bilan dépasse les 200.000 contaminés, les pays Européens prennent des dispositions inédites et confinent leur population pour maîtriser la propagation du corona virus. 

social-distancing-schema-coronavirus-confinement

Lundi 16 mars, le Président de la République, Emmanuel Macron impose donc le confinement à l’ensemble des Français en autorisant certaines exceptions pour aller travailler, subvenir à ses besoins primaires ou pour sa santé. La pandémie n’est pas encore à son pic que la France fait alors face à sa plus importante crise sanitaire du XXIème siècle. Le pays entre ainsi dans un ralentissement économique exceptionnel pour plusieurs semaines. 

Capture d’écran 2020-03-31 à 16.50.01

Certaines entreprises se voient, pour les plus chanceuses et équipées, imposer le télétravail à leurs collaborateurs, ce qui concerne environ 8 millions de personnes en France. Pour d’autres, c’est un processus plus complexe et inapplicable qui implique pour beaucoup de salariés le chômage partiel. Les dispositions prises par le gouvernement français visent à réduire l’impact financier que vont subir plusieurs sociétés mais cela suffira-t-il ? Tous les secteurs d’activité sont-ils voués au même sort ? 

Coronavirus : quels impacts sur le secteur de l’immobilier ? 

La pandémie ne laisse aucun répit, à n’importe quel domaine d’activité. Les mesures inédites prises par le gouvernement impliquent un ralentissement économique sur tous les fronts. Les Français sont confinés et se préoccupent avant toute chose, de préserver leur santé et celles de leurs proches. Les projets immobiliers font donc partie de ceux qui sont mis en pause, le temps d’un retour à une vie normale.  

Quant aux professionnels de l’immobilier, le confinement obligatoire ne permet pas d’assurer un minimum d’activité. Les visites et les rencontres avec les vendeurs et acheteurs sont stoppées pour une durée qu’aujourd’hui, aucun d’entre nous ne connaît. Comme tout investissement conséquent, l’achat d’un bien nécessite un climat de confiance et une visibilité sur le long terme. De ce fait, les taux d’OAT (Obligation Assimilable du Trésor : ce taux régit celui des crédits immobiliers) s’effondrent, alors qu’ils étaient déjà très bas ; la Banque Centrale Européenne ayant fortement oeuvré dans ce sens. Pour certaines régions, l’offre est abondante mais la demande est quasi nulle, ce qui peut avoir pour effet une baisse des prix du marché. Des pertes de valeurs sont possiblement à prévoir en fonction de la durée du confinement. Pour d’autres régions et notamment les grandes villes, la pandémie du Covid-19 n’aura pas ou très peu d’impacts, la demande étant forte et l’offre restreinte. L’unique facteur commun entre ces deux cas est le ralentissement économique, ce qui peut dans le dernier cas, influer sur la demande et ainsi rééquilibrer les prix du marché. 

Dans un contexte incertain, l’économie ralentit donc peu à peu. En conséquence, les établissements financiers sont davantage exposés à des risques qui devront être minimisés. Même si le gouvernement assure des aides financières, cette crise sanitaire altérera l’économie française et probablement les prix des biens immobiliers. En tant qu’acteurs économiques du territoire, les professionnels du secteur vont donc également être impactés, bien que la situation prête à penser le contraire. Certains évoquent d’ores et déjà une bulle immobilière. Toutefois, la fragilité de l’économie française et la déstabilisation du capital des banques qui évoluaient déjà dans environnement complexe pourra impliquer au niveau national, une baisse de la consommation générale et une méfiance envers les investissements.  Toujours est-il que le secteur de l’immobilier reste une valeur refuge et le besoin d’avoir un appartement ou une maison est un besoin primaire. Le marché devrait donc rester relativement stable. D’après Laurent Vimon, directeur général de Century 21, le nombre de transactions annuelles ne dépassera pas le million à l’image de l’année 2019 (estimation portée à 800-900 mille transactions). Dans ce contexte, comment limiter les pertes ? 

Comment se relever de cette crise sanitaire ? 

Comment réagir face à vos clients ? Faut-il déjà préparer l’après crise et le retour à la normal ? Une crise majeure comme celle-ci doit nous permettre de tirer des leçons et changer nos méthodes de travail. 

Pensez pendant : il est essentiel d’assurer à sa clientèle que les projets immobiliers ne sont pas annulés, seulement reportés si tel est le cas. Bien sûr, il est compliqué de prévoir une date, ne manquez pas alors de les rappeler quand vous aurez plus d’informations. 

Leur montrer que vous êtes à l’écoute de leurs interrogations et que mutuellement vous vous soutenez, ne fera qu’améliorer cette relation de proximité avec votre client. C’est aussi un moyen de les fidéliser et d’être bienveillant. 

Assurez un minimum de contact avec eux en les appelant, en prévoyant une campagne mailing, en les informant de votre fonctionnement durant cette crise. Votre fiche Google My Business est-elle à jour ? Vos moyens de contacts sont-ils bien renseignés ? Vous pouvez également créer des Googles Post pour tenir informé votre clientèle et vos prospects sur l’actualité de votre établissement. 

Beaucoup de questionnements sont légitimes au vu de la situation inédite, ainsi n'omettez pas de renseigner vos clients à chaque modification que vous entreprenez. C’est une forme de transparence qui saura d’autant plus appréciée car personne en ces temps n’est invincible. 

Pensez après. Il faudra en interne préparer le retour à la normal. Rassurez vos collaborateurs et adaptez vos méthodes de travail pour répondre aux craintes qui subsisteront auprès des acheteurs et vendeurs. Le confinement est une période qui est subjective à chacun. Le retour aux habitudes de consommation peut donc prendre plus de temps. 

C’est une communication accrue qui devra être entreprise pour montrer le retour à la normal et votre présence sur le marché de l’immobilier. Sortez du lot, soyez présent pour vos clients, prenez des nouvelles, accompagnez-les, renseignez-les. 

Les dégâts économiques devront être le plus rapidement amortis pour assurer la pérennité de votre activité. Lancez une campagne de communication, soyez présent sur vos réseaux sociaux et partagez le redémarrage de votre activité. 

Pour attirer vos prospects au sein de votre structure, veillez bien à votre e-réputation. Pour ce faire, profitez de ce confinement pour faire un point sur votre situation actuelle en réalisant un audit de votre image de marque en ligne. 

Inspectez les médias sociaux, les articles de blogs à votre sujet et vos avis clients sur les Pages Jaunes, Google My Business. Vos clients qui se sont exprimés, sont-ils satisfaits ? Propagez-vous une image de marque qualitative ? Les avis ont un rôle majeur dans le processus de recherche d’informations de vos cibles : vendeurs comme acheteurs. 

Feriez-vous confiance à une enseigne qui possède de mauvais avis clients ? Aussi, le temps de ce confinement peut se révéler utile pour l’activité future de votre établissement. Entamer une veille complète sur ce qu’il se dit de soi est essentiel. 90% des consommateurs s’informent avant de faire confiance à une entreprise. Les habitudes seront les mêmes à la sortie de cette pandémie, mettez donc à profit cette période pour prendre dès à présent le contrôle de votre e-réputation. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les bénéfices d’une bonne e-réputation et d’une gestion maîtrisée des avis clients, lisez cet article : Avis clients : un élément démarquant pour votre agence immobilière. 

Découvrir notre solution avis clients pour l'immobilier

commentsCommentaires